Le début d’une folle aventure ?

Je l’avais écrit lors de la création de ce blog. Mon objectif est de terminer un premier ultra d’ici fin 2016. C’est donc pour cette année. Mais déterminer mon objectif trail n’a pas été simple ! En effet, un autre objectif « montagne » a surgi et a créé un véritable casse-tête en terme de planning. Je vous parle de tout ça dans cet article.

J’aime le trail mais j’aime aussi la montagne. Grâce au trail, je me sens vivant en étant en mouvement au cœur d’un milieu dans lequel je me sens bien. Cela me permet également de repousser mes limites et d’apprendre à mieux me connaître. Mais, comme je le rappelais dans certains articles, cela ne me permet pas de profiter pleinement des curiosités de la nature qui m’entourent. Et c’est une passion assez solitaire.

Au fond de moi, j’ai toujours eu envie de mieux connaître ce milieu qu’est la montagne et j’ai envie de transmettre cette passion à mon fils et à d’autres personnes.

profiter de la montagne

Objectif diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne

Aussi, après mûres réflexion, j’ai décidé de tenter ma chance cette année à l’examen d’entrée pour le diplôme d’accompagnateur en moyenne montagne (DE AMM).

Le temps passe vite et tenter ma chance dès cette année est rapidement devenu une évidence. En effet, le risque d’échouer à cet examen difficile est non négligeable. Et la formation peut ensuite facilement s’étaler sur 3 ans étant données mes contraintes professionnelles et familiales.

L’examen a lieu en septembre et cela demande un investissement relativement important en temps et en argent. Je dois notamment développer mes compétences en orientation et mes connaissances sur le milieu naturel : géologie, faune, flore,… Je dois surtout réaliser une importante liste de randonnées que je dois être en mesure de décrire le jour de l’examen.

orientation en montagne

La difficile planification de ma saison de trail

Pour mener à bien mon projet, il m’a donc fallu planifier ce premier semestre 2016. Je me suis inscrit à un club de course d’orientation, ce qui me prend une séance par semaine (bon OK je n’y vais pas à chaque fois!). J’ai surtout planifié les 40 randonnées à faire et les quelques modules de formation intensive pour accélérer mon apprentissage et me rassurer.

Dans ma planification, il me faut aussi tenir compte de la fatigue générée par l’examen qui comportera notamment une longue épreuve d’orientation mettant le mental et le physique à rude épreuve.

Une fois ces jalons posés, il m’a donc fallu réfléchir au cumul avec la préparation à un ultra trail. Rapidement, j’ai compris que le plus réaliste était de le planifier après l’examen. J’ai ainsi dû me rendre à l’évidence et faire une croix sur l’UT4M 100 km et l’ultra trail du Vercors en solo. Ils sont en effet trop proches de la date d’examen.

L’avantage de la situation reste néanmoins que la préparation au DE AMM va me permettre de développer mon endurance. Restera à faire un peu de spécifique, notamment des sorties longues pour travailler la relance.

Objectif trail des templiers

Cap sur le grand trail des templiers

Je me suis donc mis à la recherche d’un objectif motivant pour le dernier trimestre 2016. C’est alors que je me suis souvenu que le mythique trail des templiers avait lieu fin octobre, le créneau parfait par rapport à mes contraintes de planning.

J’ai eu quelques hésitations entre l’endurance trail des templiers (100 km et 4510 de déniv+) et le grand trail des templiers (76 km et 3050 m de déniv+).

Mais une nouvelle fois, la raison l’a emporté. La saison va être longue et je me dois d’anticiper l’impact psychologique d’un éventuel échec à l’examen d’entrée au DE AMM. La récupération serait alors plus longue. J’ai donc opté pour le grand trail des templiers qui est déjà un énorme challenge !

L’importance du mental

Dans cette quête un peu folle d’un double objectif, je sais que le mental sera la clé de ma réussite. Ma capacité à prévenir les blessures le sera également. Je vais donc m’inspirer de quelques techniques de préparation mentale !

La peur d’échouer existe mais l’envie de cultiver ma passion doit être la plus forte. Et surtout, je me dis que l’important c’est d’essayer de vivre ses rêves et de s’en donner les moyens. Et si échec il y a, l’important sera d’en tirer des enseignements et de retenter ma chance.

“Le succès n’est jamais définitif, l’échec n’est jamais fatal. C’est le courage qui compte.” John Wooden

Après tout, le plus grand échec ne serait-il pas de n’avoir jamais essayé ?

6 commentaires à propos de “Le début d’une folle aventure ?”

  1. Belle projection!! Je te souhaites de réussir. C’est un vrai challenge, cet examen n’a pas l’air facile. Mais tu as raison, qui ne tente rien n’a rien. Tu as l’age pour le faire…Les années pas bien trop vite!!! Bon courage et tu vas te faire de belles rando-trail et du coup arriver fin pret pour les Templiers 🙂

  2. Wouaw tu as de l’ambition et il en faut! Le mental va être super important et les journées passées en montagne et dans les livres vont être nombreuses… mais ça en vaut la peine! Si ça peut te rassurer, un copain de mon frère a réussi le diplôme alors qu’il a le vertige dans les passages exposés! Après je ne sais pas si ça rentre en compte ou pas..
    Je suis preneur de ta liste des 40 randos au cas ou 😉

    Que la force soit avec toi jeune padawan des montagnes 😉

    Stéph

    • Salut Steph!

      C’est clair je vais être en totale immersion dans la montagne pendant plusieurs mois pour préparer tout ça sérieusement.
      Pour l’examen, c’est l’orientation qui va être très importante et je vais devoir moins foncer tête baissée!
      Pour les randonnées, avec plaisir et si ça te dit d’en partager en mai-juin… je te contacterai.
      Padawan des montagnes… excellent surnom ça!

      @+,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*