Saucony Peregrine 8: le bilan

Comme je l’expliquais dans l’article sur les Saucony Peregrine 7 je suis un adepte de ce modèle de chaussures pour mes longues sorties trail. Mais j’ai mis à mal la version 8 comme je vous l’explique dans cet article.

La fin des Peregrine 7

Je m’étais procuré les Peregrine 7 début août 2017. Je les ai bien amorties avec notamment l’Ultra Trail du Vercors en septembre 2017 (pluie et boue) puis surtout la SaintéLyon en décembre (terrain enneigée durant plus de la moitié du parcours).

J’ai vraiment apprécié l’accroche vues les conditions difficiles rencontrées. Et pour en revenir à la Saintélyon, j’ai quand même eu mal sous le pied quelques jours après la course.

La faute à la fin très « bitumée » et une foulée plus « écrasée » sûrement avec la fatigue ? Le faible amorti ne pardonne pas si la foulée est moins bonne.

Je les ai modérément utilisées début 2018 et j’ai donc attendu début juin pour les changer. En effet, de nombreuses sorties m’attendaient pendant l’été, notamment en vue de l’UT4M Challenge. Seul le mesh donnait alors vraiment des signes de fatigue.

Saucony PEREGRINE 8

Les Peregrine 8 en terrain montagneux

Je n’ai donc pas voulu changer de modèle et je me suis empressé d’acquérir les Peregrine 8. Et je les ai mises à mal, voyez plutôt la suite.

Rien qu’au mois de juillet, j’ai fait plus de 400 km entre mon job d’animateur trail aux Arcs et un tour du Mont Blanc en mode trail ! Puis j’ai enchaîné sur les 169 km et 11 000 d+ de l’UT4M Challenge fin août !

Elles ont bien tenu le coup mais le mesh a commencé une nouvelle fois à montrer des signes de fatigue. Normal, ce modèle léger a dû affronter de nombreux terrains accidentés et pierriers, comme lors de l’étape de l’UT4M Belledonne.

Et forcément, on ne peut pas tout avoir : légèreté et solidité à toute épreuve. Je le savais et j’ai voulu tester donc je n’ai pas de regret.

Début septembre, j’ai attaqué la préparation pour les Templiers. Et lors d’une sortie longue où je suis passé au milieu de lapiaz (roches calcaires parcourues par des fissures), le mesh a commencé à vraiment se déchirer. Il reste alors quelques semaines avant les Templiers. Le terrain n’étant pas trop montagneux pour cette course je me dis qu’elles vont tenir.

Mais cela s’accentue et je mets du Seam grip pour stopper le désastre. Ça tient quelques jours mais la déchirure du mesh semble trop grande.

Mesh déchiré

Je me résous début octobre à racheter le même modèle en vue des Templiers. Ce serait trop bête de se retrouver pieds nus le jour de la course surtout s’il pleut ! Et puis finalement, elles ont déjà bien vécu en 4 mois ces chaussures.

Bien m’en a pris (même si ça fait mal au portefeuille !) car des petites gênes sous le pied ont alors disparu et cela fut agréable à porter lors du trail des Templiers.

Bilan

Au final j’ai quand même fait environ 800 km avec ce modèle en terrain surtout montagneux. Elles sont vraiment top au niveau de l’accroche et du dynamisme. Et je ne me suis pas blesser avec c’est très important.

Mais je réfléchis désormais à acquérir un modèle complémentaire plus solide pour les sorties très montagneuses. Mais c’est à voir en fonction des objectifs de l’été 2019 qui sont à définir !

➡️ Si vous êtes intéressé, ce modèle est en promotion sur I-Run.

Un modèle pour la route, un modèle pour les trails moyenne distance pas trop montagneux et un modèle solide pour du long… et j’hésite à tester les Altra pour passer au zéro drop. Le placard à chaussure va déborder !

14 commentaires à propos de “Saucony Peregrine 8: le bilan”

  1. Intéressant ton retour sur ce modèle ! 800km en terrain accidenté ce n’est finalement pas si mal pour une paire de chaussures 😉 Surtout si tu t’es senti mieux avec la nouvelle paire. J’ai découvert depuis peu de temps les arguments en faveur du drop 0 en faisant des recherches pour mon défi 2019 et comme toi je vais m’en rapprocher au fur et à mesure. Là où ça coince c’est que ma paire actuelle de mizuno a un drop de 12 mm. Comme elles sont encore très récentes et que je n’éprouve pas de douleur, je vais continuer à les user un peu avant de changer pour un drop plus faible.

    • Salut. Oui tu as raison d’y aller progressivement sinon tu peux risquer la blessure!

      Après, 12 mm de drop ça me paraît beaucoup pour des chemins. Pour les entraînement typés route ou chemins « faciles » ça peut le faire mais il faudra voir tes sensations.

      Après y a pas que le drop dans la vie. L’essentiel reste de te sentir bien dans tes pompes 😉

  2. Salut Jerôme, super et merci pour le feedback àpd tes Saucony Peregrine 7/8…perso suis passé 100% Saucony depuis maintenant 2 mois avec les Xodus2, KOA ST et Peregrine8….j’ai déjà pu tester les 2 premiers modèles et jusqu’à présent, je n’en suis pas mécontent du tout (à voir sur le long) et surtout, très satisfait du confort retrouvé….j’en avais assez de la fragilité légendaire de Salomon, et vu leurs prix, même si j’ai déjà pu tester pas mal de marque différente…
    Bref, merci pour ce retour, au plaisir 😉

    • Salut Gauthier.

      Merci pour ton retour. Pour la route, j’ai pris les Saucony Ride 10 et j’en suis bien content.

      Les Peregrine sont top mais gare au mesh si tu les amènes dans les pierriers trop souvent 😉 Tu me diras ce que ça donne de ton côté.

      Les Xodus sont devenus un modèle un peu lourd pour moi mais elles ont l’air bien résistantes pour le long donc je vais réfléchir. On m’a parlé de la Sportiva pour des trails hyper montagneux sinon…

      Pour ce qui est de Salomon, je n’ai jamais testé mais c’est bien l’image que j’en ai!

  3. Re,

    Les Xodus semblent un peu pataudes mais sur le long, elles sont top pour le confort…

    Concernant Salomon je ne crache pas non plus sur la soupe car j’en ai quand même porté une dizaine de paires ces 5 dernières années, mais la longévité de Salomon ne vaut pas le prix, tous modèles confondus malheureusement, dernier exemple en date, S-LAB Softground 170€–>240Kms, mesh latéral arraché, irrécupérable 🙁 et uniquement sur du trail « soft » en Belgique, pas de pierriers ou autre terrain technique atypique…c’est dommage pour une marque de ce renom je trouve..juste bon pour les élites sponsorisés qui ne les paient pas 🙂

    En revanche je confirme sur La Sportiva pour le « montagneux », mon kiné (trailer) les a porté sur de de l’ultra et il en a été très content…!!

  4. Je reprends la course a pieds après une longue absence et de multiples blessures. Le Trail est une nouveauté pour moi. Après un mois d’entraînement à 3 sorties / semaine jamais plus de 15 km et en terrain souple mes tendons d achile sont à nouveau inflammés! Je tente les semelles dès la semaine prochaine pour voir, mais avez vous des conseils à me donner sur type de chaussures !!! Actuellement je cours en Brooks drop de 12 et 10. J aimerais plus que tout continuer le run, alors si vous aviez qq conseils pour moi Je prend.
    Merci pour vos supers articles et conseils, j apprends bcp…..

    • Bonjour Stéphanie.

      Je n’ai pas d’expérience de souci au talon d’achille.

      Consulter un podologue me paraît être une bonne piste. Il analysera sûrement la posture en dynamique avec et sans les chaussures pour voir éventuellement ce qui ne va pas.

      Après, si l’inflammation est bien installée, je pense qu’il faut aussi avant tout bien la résorber: glaçage, argile verte voire anti-inflammatoires…

      Enfin, changer de chaussures peut peut-être résoudre une partie du problème, notamment si elles sont usées ou qu’elles ne correspondent pas à votre morphologie tout simplement.

      Bref, il faut tester plusieurs choses je pense.

      Content de vous apprendre des choses et bon courage pour résoudre ces tracas!

    • Je partage l’avis de Jérôme, les tendinites ça peut être très long à guérir. J’ai découvert cet été au travers du livre Born to run que les drops important et une posture de course inadaptée peuvent être à l’origine de nombreuses blessures. Du coup je commence à me renseigner sur le sujet, ça peut être une piste à étudier pour vous aussi. Sinon côté hydratation et alimentation, avez-vous fait quelque chose ? Les tendons c’est 60% d’eau alors même avec une petite déshydratation, ça ne pardonne pas. Pour l’alimentation, vous pouvez aussi booster vos apports en anti-oxydants (vitamines A, C, E, oméga 3, zinc et sélénium). Dans tous les cas, je vous souhaite bon courage.

  5. Merci pour ton retour Jérôme, je les ai aussi les peregrine 8! Moi c’est suite au mesh déchiré sur mes hoka speedgoat 2, j’ai obtenu un avoir et j’ai choisi ce modèle pour son drop presque identique.
    J’ai couru seulement 35kms avec mais je sens qu’elles sont pas faite pour moi finalement.. pas assez d’amorti par rapport au drop 4mm.. j’ai mal sous les pieds et à mon mollet..
    Je sais pas si on fait la même pointure Jérôme mais j’aurai presque pu te les revendre finalement..
    Mes Hoka étaient en drop 5mm mais surtout avec un amorti bien moelleux qui me plaisait bien. En revanche, je descendais beaucoup plus vite en toute confiance avec les peregrine 8..

    A+

    • Salut Steph!

      Ah mince désolé pour toi. Je fais du 44 chez Saucony…

      J’ai effectivement entendu que la speedgoat 2 a un bon amorti et est hyper confort…mais qu’elle est très fragile!

      De mon côté, j’aime le contact du sol et le côté un peu « dur » des Peregrine. Mais elles ne conviennent pas forcément à toutes les morphologies.

      Tu as raison de pas insister si tu ne le sens pas. Tu as une idée pour ta prochaine paire?

  6. Salut Jérôme

    Pas d’idée encore! Il me reste encore une paire de La sportiva Raptor mais elles sont bien lourdes et très orientées montagne escarpée.. J’ai un drop 9mm donc ça le fait mais j’aime aussi courir avec des chaussures plus légères vu les petites distances que je fais.
    Je vais peut-être regarder de nouveau chez asics qui propose des bon modèles avec un drop élevé…

    Mes Saucony sont en 45 2/3 si je me trompe pas donc pas de regret 😉

    A+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*