Trail et fils

La naissance de mon fils en 2014 a changé ma vision de la vie. Il s’agit d’une étape aussi importante mais beaucoup plus joyeuse que celle que j’explique dans l’article le trail, un refuge. Mais je ne vous cache pas certaines appréhensions avant son arrivée! Je vous raconte tout ça dans cet article.

En août 2013, juste avant l’Ultra Trail du Vercors en duo, ma femme et moi-même apprenons l’heureuse nouvelle que nous attendions depuis un moment déjà. Nous allons avoir un premier enfant. Et nous sommes d’accords pour garder la surprise du sexe jusqu’à la naissance!

L’inconnu

Il faut avouer la vérité: je ne me rends pas du tout compte de ce que la paternité va impliquer, c’est l’incertitude la plus totale! Je ne sais pas si les hommes qui sont prêts à être père pour la première fois existent, mais pour moi c’est très difficile de se projeter à ce moment-là.

Rapidement, avant de penser aux bons côtés de la vie de famille, quelques doutes et questionnements s’installent. Vais-je être à la hauteur? Vais-je perdre ma liberté? Comment être un père présent tout en vivant “égoïstement” ma passion pour le trail et la montagne?

L’échéance est fixée à début mai 2014: je n’arrive plus à prévoir quoi que ce soit dans ma vie au-delà de cette date!
Conscient qu’une petite coupure s’imposera sûrement, je fais comme à mon habitude, à savoir je me fixe un objectif de trail à la fin de l’hiver. Mais mon syndrome de l’essuie-glace ne sera pas guéri et je dois me faire une raison: je ne ferai pas de trail avant la fin de l’été!

La naissance

Mon fils arrive un peu plus tôt que prévu et je ne suis pas prêt d’oublier la longue attente pour qu’il pointe le bout de son petit nez. Sur le coup, j’ai du mal à réaliser, vraiment. Peut-être la faute à la fatigue? Toujours est-il qu’une fois de retour à la maison, on apprend à gérer notre nouvelle vie… et surtout nos nouvelles nuits!

Trail et fils

Et le trail dans tout ça ?

Ben oui il ne faut oublier l’essentiel quand même! La naissance m’a permis de faire une coupure sportive qui a aidé à ma guérison définitive de mon syndrome de l’essuie-glace. Je reprends le trail et le VTT en douceur au rythme des nuits hachés par les réveils nocturnes.

Puis, je profite des vacances d’été (allongées par mon congé paternité!) pour enfin préparer un objectif: le trail du Tetras Lyre, un trail court qui aura lieu dans le Vercors fin septembre 2014.

L’envie de vivre mes rêves et de montrer l’exemple

Le monde d’aujourd’hui n’est pas toujours rose. Chaque jour ou presque, j’entends parler de chômage. Je vois également des personnes qui ne sont pas heureuses dans leur travail. Je ne veux pas que mon fils grandisse avec ces images-là.

Je veux montrer l’exemple en faisant le nécessaire pour vivre mes rêves et ne pas m’enliser dans un quotidien qui peut parfois manquer de sens. Je suis sûrement idéaliste mais je ne veux rien regretter. Cela m’a notamment poussé à créer ce blog et à vivre ma passion à fond.

J’ai envie que Nicolas découvre les joies de la nature et notamment ce fabuleux milieu qu’est la montagne. Mon rêve secret: qu’il m’accueille avec ma femme à l’arrivée d’une course qui me fait rêver et qu’il soit fier de son père.

“Dans mon petit quotidien, t’as changé tous mes objectifs” (Grand corps malade)

“Un père a deux vies, la sienne et celle de son fils”
(Jules Renard)

3 commentaires à propos de “Trail et fils”

  1. Hello. Et oui je suis fan de mon fils!
    La narration est peut-être pas claire car je suis toujours sur un flashback en 2014. Je vais raconter ce bon moment qu’est la reprise d’une course après une longue blessure dans un de mes prochains articles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*