Le trail, un refuge

Le trail permet de s’évader dans la nature et d’évacuer le stress et les tensions, notamment liés à un quotidien qui peut être parfois être frustrant. Cela peut même aller plus loin et aider à faire face à des moments personnels difficiles. Je vous explique ici comment le trail m’a servi de refuge.

Début 2012, je suis décidé à préparer des compétitions de trail. En effet, le seul plaisir de courir dans la nature ne me suffit plus et je recherche de nouveaux défis. Cette nouvelle passion a du sens pour moi: elle me permet de me sentir libre et d’avoir un objectif dont la réussite ne dépend que de moi ou presque.

Mais un évènement tragique va bouleverser ma vie et accessoirement ma manière d’appréhender ma passion. Mon beau-frère avait 22 ans, la vie devant lui. Mais la vie en a décidé autrement et il nous a quitté accidentellement, brutalement. Le quotidien va alors perdre du sens et ma perception de la vie va changer.

Le trail pour se ressourcer

Durant cette période, je ressens souvent le besoin d’être au contact de la nature, de gravir des chemins que ce soit en courant ou en marchant. Je ne pense qu’à m’évader et à profiter de ce que j’aime car je me rends compte que tout peut s’arrêter brutalement. J’ai aussi besoin de me retrouver seul avec moi-même pour encaisser la perte du sentiment d’insouciance. Je prends vraiment conscience que la vie est courte et que rien n’est plus précieux que ce jour. Cela me donne envie de vivre pleinement ma passion.

trail refuge

Le déclic

Mais je me dois bien sûr d’être présent aux côtés de ma femme et j’ai besoin d’évacuer la tension psychologique liée à la tragédie. Je n’arrive pas à me fixer d’objectif de compétition car il m’est impossible de me projeter et d’avoir la lucidité suffisante. Je suis vidé mentalement, notamment car je dois m’accrocher pour suivre le quotidien professionnel. Les vacances d’été arrivent à point nommé.

Pendant l’été, je me fais encore une magnifique randonnée en solitaire dans le Vercors en allongeant la distance où je découvre notamment les joies de l’hypoglycémie. Grâce aux vacances, je vais recharger les batteries et un déclic va avoir lieu. Dans mon esprit, une chose est désormais claire: il faut profiter de l’instant présent et vivre pleinement ses passions.

La vie c’est ici et maintenant et non pas plus tard et là-bas

Je termine mes vacances fermement décidé à vivre mon rêve sans me fixer de limite. En route pour le trail en compétition!

16 commentaires à propos de “Le trail, un refuge”

  1. Bonjour Jérôme et bravo pour ce blog !
    Super chouette de pouvoir partagé avec des personnes qui ont la même passion.
    Moi aussi, j’ai rencontré un gros pépin dans ma vie (décès d’une de mes petites sœurs dans un accident de la route, elle avait 24 ans et moi 26 à l’époque). Et pour moi aussi la course à pied a été alors une très grande aide (alors que je n’étais pas du tout sportive) pour prendre soin de moi, m’évader, me réfugier…et même constat : la vie c’est ici et maintenant…Je ne pratiquais pas le running avant cet événement et cela fait maintenant 11 ans que je ne cesse de courir et de trouver la vie belle…
    A bientôt à travers le blog.
    Aude.

  2. Bonjour Aude et Jérôme,
    Tout à fait d’accord avec vous, courir ça détend, ça renforce, ça rend joyeux ! Après un gros pépin, j’ai retrouvé une certaine sérénité, mais comme je n’ai plus 20 ans, je ne pense pas faire de compétition. Quand je courre dans mon village, je rencontre des traillers, des cyclistes : un sourire, un hochement de tête, un mot en passant, c’est le début d’un partage et ça fait du bien !

    • Bonjour Josy,

      Oui, c’est tout à fait ça : un partage qui fait du bien !
      Autant j’aime partager avec d’autres sur des trails ou d’autres courses certains week-end, autant j’ai besoin de courir seule par moment pour me retrouver, m’écouter, me réfugier. A chacun de trouver son équilibre… A bientôt. Aude

      • Bonsoir.
        C’est vrai que j’apprécie comme toi, Josy, d’avoir des moments simples de partage pendant ma pratique du trail: un signe de la main ou une courte discussion avec une personne que je croise par exemple.
        Et des fois, je suis plus en mode “ours” et recherche plutôt la solitude et le silence pour me retrouver seul avec moi-même!

  3. Superbe billet…C’est vrai que par ici on a la chance de pouvoir s’évader facilement. Comme tu dis il faut profiter de chaque instant et prendre conscience de tous ce que la nature nous offre tous les jours..Plus on vieillit plus on se rend compte que le temps passe vite. Bravo pour ce blog et bon courage pour la suite.

    • Merci!
      C’est clair qu’on a de la chance d’avoir la nature à portée de main.
      La trentaine, un enfant.. je te confirme que le temps passe de plus en plus vite! Alors je fais en sorte d’aller à l’essentiel, notamment en vivant à fond ma passion.
      Au plaisir!

      • Bonjour Aude, Jérôme, Alain ….

        Oui, il faut aussi garder l’esprit “trail”, car je vois qu’en ce moment certaines grandes fédérations cherchent à se faire de l’argent sur le dos des trailers ! Business, business, quand tu nous tiens, c’est inadmissible ….

        LA LIBERTE AVANT TOUT ….

        • Bonjour à tous,

          Suite à mon message ci-dessus, j’ai lu le commentaire de François D’haene sur les intentions des fédérations et ce que nous pouvons faire pour y faire barrage. C’est très bien, il faudrait que tous les meilleurs trailers se mobilisent en ne participant pas à leurs courses, mais aussi tous les autres.

          Il faut faire passer le message.

          Merci Jérôme pour tous vos conseils, trucs, machins, Aude, je me retrouve en vous car je ne souhaite pas faire de compétitions simplement se retrouver en petit groupe pour courir, partager l’amitié, découvrir la nature et rire …

          Avis aux amateurs !

          Josy

          • Bonjour Jérôme, Josy, Alain, Vinvin,
            C’est très sympa de pouvoir échanger entre coureurs…Est-ce que vous connaissez des coureurs végétariens ? C’est mon cas (depuis 2 ans) et j’aimerai pouvoir échanger sur l’alimentation végétarienne et la préparation et la récupération de course comme les marathons. A bientôt !

  4. Bonsoir Aude.
    Je m’intéresse de plus en plus à l’alimentation pour le trail et la course à pied.
    Mais je ne connais pas personnellement de coureur végétarien.
    Désolé de ne pas pouvoir t’aider.

    • Bonjour à tous,

      Moi aussi Jérôme je m’intéresse à l’alimentation, mais je ne connais pas de coureur qui s’alimente végétarien. Personnellement, je préfère un potage maison ou bouillon l’hiver et l’été j’adore boire de la Vichy célestins coupée d’eau (trop de bulles) avec un alimentation liquide voir semi liquide comme : crème vanille, pain d’épices moelleux, petits gâteaux avec fraises, et fruits de saisons.

      Josy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*