2018, une année formidable

L’année 2017 s’était terminée par une belle Saintélyon. Cette année 2018 s’est achévée par une entorse ! Mais c’est là la seule faute note d’une année formidable. Plus que les kilomètres, dénivelés ou autres “performances” (à mon niveau), cette année m’a permis d’avancer dans la connaissance de moi-même. De quoi me booster à fond pour 2019!

Quel sens donner aux chiffres? Strava m’indique dans son traditionnel bilan annuel les stats suivantes: 173 sorties trail, 2481 kilomètres, 283 h de sorties et 107 168 mètres de D+

C’est presque 50% de plus que l’année dernière! Mais ce n’est pas étonnant au regard de la grosse saison que je viens de vivre.
Une rétrospective davantage axée sur le ressenti est toutefois bien plus importante que tous ces chiffres.

bilan saison 2018 trail

Des objectifs de performance

Pour la première fois, j’ai réellement recherché la performance sur deux courses : le Lyon Urban Trail en avril et le trail des Templiers en octobre. Et j’ai bien sûr voulu m’en donner les moyens en casant souvent 4 séances par semaines.

Pourquoi se mettre cette forme de pression? Les aléas de la vie, les blessures surtout ont souvent contrarié mes élans sportifs depuis de nombreuses années. Je crois qu’au fond de moi-même j’ai (ou j’avais ?) des regrets de ne pas avoir pu exploiter tout mon potentiel physique dans ma jeunesse.

J’avais ce besoin de prendre une forme de revanche et de me fixer ces objectifs pour booster ma confiance. Mais on ne rattrape jamais le temps perdu comme je l’ai appris cette année en dépit de beaux résultats.

Mais je crois que j’avais tout simplement besoin de passer par là dans mon cheminement pour donner encore et toujours du sens à ma pratique du trail.

Analyse de cette expérience

Je retournerai au Lyon Urban Trail qui est un format que j’aime beaucoup. Et ce n’est pas forcément ma très belle performance de cette saison (29ème sur 1153) qui m’incite à le faire. Ce parcours en montagne russe, varié avec des marches et un peu de chemin, est une bonne mise en jambes pour le début de saison.

Pour le trail des Templiers, l’impression est plus mitigée malgré un résultat correct (200ème sur 2034). Le plaisir n’était pas aussi fort qu’attendu. La faute à un manque de fraîcheur conjuguée à une trop forte recherche de performance ? J’en retire tout de même de nombreux enseignements du point de vue strictement sportif (alimentation, préparation, mental etc…).

Le besoin psychologique de couper

Cette année m’a fait prendre conscience que  je ne suis mentalement pas prêt à m’imposer une discipline stricte trop longtemps dans la saison. Cela demande beaucoup d’effort entre la vie de famille et les nouveaux projets professionnels.

Je me suis vraiment rendu compte que j’avais besoin d’être en « roue libre » de temps en temps : entraînement au feeling, besoin de petites coupures, relâche alimentaire (apéro)… Sinon, c’est vite la saturation !

souvenirs UT4M Challenge

Se sentir libre avant tout

J’ai pris un maximum de plaisir sur deux courses cette année: le Glandass Trail (en juin) et surtout l’UT4M Challenge (en août). Leur caractère montagneux et le fait de courir en  mode « free » sans réel objectif de performance ont été, je pense, les plus belles raisons de ce plaisir.

Ce sentiment de liberté apporte vraiment de la fraîcheur mentale et constitue le plus beau des moteurs de ma pratique. Pour l’UT4M Challenge, je rajoute aussi le plaisir de faire de nombreuses sorties en montagne pour bien se préparer. Et c’est là peut-être le point le plus important de ma pratique.

Toutefois, je n’oublie pas que ce plaisir a été rendu possible grâce à des périodes d’entraînement intenses, il ne faut pas s’y tromper. Cela confirme qu’alterner entraînement intensif avec un cadre un peu strict et phases « au feeling » est une option adaptée pour moi et à mon image.

montagne retour aux sources

La montagne, comme un retour aux sources

Si je me suis lancé dans le trail en 2012, c’est avant tout pour être en montagne le plus souvent possible et apprendre à mieux me connaître à travers cette symbiose avec la nature. C’est toujours cela qui a été mon réel moteur et je m’en suis parfois un peu écarté.

La recherche de performance ne sera jamais une fin en soi, la recherche de l’aventure oui. C’est avec cet état d’esprit que je vais construire ma saison 2019 autour d’un objectif « majeur » au caractère montagneux et aventureux. Je me sens prêt mentalement.

Plus que jamais, l’important, ce n’est pas la destination, mais le voyage en lui-même. Et ce voyage m’amènera à passer de longues heures en montagne.

Et pour vous, cette année a-t-elle été riche d’enseignements ?

4 commentaires à propos de “2018, une année formidable”

  1. Bonne année, reprise pour moi après 2 ans d’arrêt (ancien coureur sur route). J’ai recommencé depuis 2 mois et j’ai envie d’essayer le trail. J’habite à la campagne dans un secteur vallonné (aveyron) il me tarde de retrouver de bonnes sensations pour profiter pleinement de tous les sentiers qui m’entourent. Pour l’instant je cours, je marche je suis remonte à 1h de course sur du légèrement vallonné. Prenez beaucoup de plaisir pour cette nouvelle année, sportivement Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*